Santé scolaire

Logiquement, la prévention primaire devrait commencer le plus en amont possible.

En matière de prévention des troubles arthro-musculaires, notre association adhérente KP 42 a mené de nombreuses actions d’éducation à la santé en milieu scolaire dont l’évaluation semble positive en matière de retenue des consignes d’hygiène gestuelle et posturale (CF Le Concours Médical n° 39 du 2 décembre 2000).

De 1997 à 2002, notre association KAP 63 a mené l’action « Passeport pour un bon dos » qui, pour la première fois, a complété l’action d’éducation par un dépistage kinésithérapique. Les résultats ont été consignés dans un rapport consultable sur ce site. Les résultats devraient alerter et encourager à renouveler ce type d’action dans les meilleures conditions pour voir si l’on arrive aux mêmes conclusions. Si c’était le cas, des mesures sanitaires et une réflexion sur la pratique des activités physiques par exemple s’imposeraient.

Les douleurs évoquées de l’enfant sont souvent minimisées et sauf suspicion de troubles orthopédiques graves ou pathologie traumatique, l’enfant ne voit généralement jamais un kinésithérapeute.

Du coté des adolescents le programme Dosanté Lycée, développé depuis 2002 par notre association Kine Ouest Prévention, pour des jeunes de lycées professionnels se formant à des métiers à forte contrainte physique, a confirmé les conséquences de la sédentarité sur les capacités fonctionnels de l’appareil locomoteur.

Les « Rendez-vous de prévention chez le kinésithérapeute » permettront peut etre un jour, de façon banale et salutaire, comme les rendez-vous chez le chirurgien-dentiste, de proposer un bilan et une éducation kinésithérapiques personnalisés et précoces à tous les enfants avant la puberté et ensuite aux adolescents au cours de la formation professionnelle ?

En tout cas, Kine France Prevention y travaille.

Julien GROUES, Vice Président en charge de la coordination des actions scolaires

Consulter tous les articles de cette catégorie